XI, 2015, 2



Qu’est-ce que les notes d’un manuscrit peuvent dévoiler | p. 75–88


Keywords
l’higoumène Sava, Moisei, Pobrata, Poutna, Vie de St.-Serge de Radonež

Abstract

Parmi les manuscrits rassemblés et conservés dans les collections de la Bibliothèque Universitaire „Lucian Blaga” de Cluj-Napoca, une Vie de St.-Serge de Radonež a donné lieu à des observations et hypothèses intéressantes, mais contradictoires. On a affirmé que ce manuscrit fut copié en Moldavie soit au XVIe siècle, soit au XVIIe, par le moine Mihai du monastère de Poutna, dont le nom est mentionné dans une note, assez détériorée, mais qui a conservé la date: le 30 juin 1682 (7190). Le manuscrit comporte encore deux notes, cette fois-ci non datées, écrites par le moine russe Andrian Anghelov, qui a apporté de Moscou cette Vie de St.-Serge pour en faire don aux monastères de Poutna et de Pobrata.

L’examen du manuscrit a permis à l’auteur de rétablir le texte presque complet (quelques mots ont été totalement et brutalement raclés) de la première note et de déchiffrer le nom de son auteur: c’est l’higoumène Sava, futur évêque de Roman et métropolite de Moldavie, bien connu pour l’intérêt qu’il portait à la culture. En 1682, il a envoyé cette Vie de St.-Serge au monastère de Moisei (en Maramureş), qui venait d’être fondé par le prêtre Mihai.

On peut ajouter que, selon l’écriture, le manuscrit fut copié en Russie. Andrian Anghelov l’a apporté au cours d’une mission qu’il a remplie en Moldavie en 1556–1558.